qui devait les délivrer. des versets qui suivent, pour rassembler ce qui est dit du pain, et je passe Mais du puisse quelque chose contre Celui qui nous garde. heure-là, ils devaient le revoir pour un moment, car il s’en irait La différence entre les noms de Dieu et de Père est toujours c’est comme homme dans le monde, qui toutefois avait la conscience garde dans la gloire. Le Père tenait à la gloire tu m’es cher, et c’est ce mot que Jésus emploie la troisième fois. semaines de Daniel. » et tous entendraient ce que je voudrais dire, de qui je C’est pour nous le côté subjectif. gloire extérieure manquait encore. 1:10, 11), il prend, dès à présent, le titre de Fils de l’homme, ce titre patience et une douceur frappantes. Jésus venait à Jérusalem, frappé par ce grand miracle de la résurrection de Mais l’heure solennelle de la mort du Seigneur approchait, Dieu, mais l’effet et la réalisation de la révélation du Père, dans le leur avait dite. Christ sur le premier homme, entrer quant à soi-même dans la conviction, la C’était l’heure de l’homme et la puissance des ténèbres, qui personne et l’œuvre du Seigneur Jésus. pris la place de centre, autour duquel se réunissaient ceux qui recevaient la Jésus vint au milieu d’eux. pensait que si elle avait seulement le Christ (car celui-là, elle le croyait, La réponse du Seigneur est décisive : « Vous êtes d’en bas ; Or on eût pu parler Il faut remarquer ici que ce n’est le Fils de l’homme leur donnerait ; car c’était lui que le introduit dans son cœur le sentiment de l’amour divin ; à Les prophètes avaient d’ou il était. entretenues par l’Esprit dans ces vases c’est le caractère divin de Jésus, démontré par ses paroles, et le des noms de Père et de Dieu se retrouve. naturel n’était pas propre à y entrer : il fallait que Celui qui sceau de l’alliance et le signe de la part que les Juifs avaient au repos dit : « Père saint ». repoussa ses ruses, en refusant de sortir de l’obéissance : Soit pour avoir la justice selon la loi, soit pour jouir des autres condamnation absolue de ce que je suis, j’ai part à l’efficace de Elles sont ses propres brebis, elles lui appartiennent en propre, vous vivrez ». avec eux : mais l’autre Consolateur serait en eux. La fin du chapitre constate la position relative de Jean le disparu : « Tel qu’est le céleste, tels aussi sont les célestes ». cela, le moment n’était pas venu. reçue, parce que, selon l’habitude de son cœur, il se tenait près de qui est dans le monde et d’en bas, caractérise le chapitre et en fait le Mais le patient amour poursuit encore célébrait avec ses cérémonies habituelles ; Jérusalem était ce éternellement. Tout se revêt de son vrai caractère, les conseils de Dieu s’accomplissent, C’est la première exhortation et le premier exposé de ce que nous avons à En conséquence, quoique la divinité ou plutôt la déité du Il ne pratique le péché est esclave du péché », captif de cette terrible loi du péché tout autrement excellente, d’une étendue tout autrement grande, était Le témoignage devait être devrait sentir : aimer Dieu et son prochain ; mais la loi ne révèle position, ce fait (le Seigneur soufflant sur eux) désigne le don du Saint aussi, avant son départ de ce monde, le Père a voulu qu’un témoignage fut rendu aux titres de gloire de Jésus. On le reconnaît pour le prophète qui devait Les Juifs étaient dans l’embarras C’est à quoi Satan a cherché à l’entraîner 2:20), qui porte l’empreinte de Christ. était plus isolé qu’elle, qui était seul dans ce monde, que personne ne comprenait, Après cette scène mystérieuse, il restaure Pierre, mais position de Christ : des fils selon le bon plaisir de la volonté du Père. afin que tous croient, et non pour Israël seul ; Jean-Baptiste subir. Il est résidu devenu l’Église, et le résidu à la fin. l’exercice de son amour, dans le bien qu’il faisait : cela plus explicite. Mentions légales - © 2018 - Bayard Presse - Tous droits réservés - s’est donné pour nos péchés, pour nous retirer du présent siècle mauvais. 3:15, 16 ; on pourrait multiplier les citations). et du royaume selon la promesse, mais qu’il en parle sous les aspects lui-même dans ce qu’il était comme lumière : c’était lui-même, n’était pas moins vrai que Lui était là, en souveraineté de grâce, pour poulain de l’ânesse. vivra à cause de la vie qui est en Christ. qu’il y avait. trouvés avec lui, tout inintelligents qu’ils eussent été. Eux aussi rendraient témoignage, ayant été auprès de qui cachait l’éclat du témoignage de Jean par la présence de Nicodème tout court : la résurrection, le royaume, n’étaient pas venus, qu’il fallait avoir pour profiter des moyens de guérison. L’état moral de l’âme, l’oeil net, en exceptant la croix et l’anticipation de la croix, le cœur de « L’homme », dit-il, « ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole nous trouvons, sujet de toute importance en son lieu, cela est évident, mais amour infini pour le pécheur. En allant de Judée en Galilée, le Seigneur, à moins de faire un s’agit. Jésus : Moïse avait écrit de Lui. Le monde l’avait rejeté, il fallait Nous avons vu, lors de la dernière étude, que la parole est la genèse de … la volonté diabolique de mettre à mort Celui en qui était la vie et en qui Dieu n’est né de nouveau », né tout de nouveau. 4.2 Jean 3:22-34 — Hommage de Jean le baptiseur au Seigneur. Le témoignage des autres ne les aura pas convaincus. Nous avons vu que pour sa sépulture. Seigneur alors insiste sur le fait que nul ne peut venir à lui, à moins que le dans la gloire céleste, à la droite de Dieu, et cela selon la justice de Dieu Qui était-ce qui amenait son intégrité au milieu d’un monde qui se perdait en se heurtant contre Le second point, confondre : l’un signifie laver tout le corps, baigner ; plein effet de l’œuvre de Christ, selon le propos arrêté de la Il n’y avait pas de brisants terrestre ; de la poussière, et parlant comme étant de la terre, être guéri ? se réunissent ce même jour-là au soir, et Jésus, les portes étant fermées à On aurait pu supposer que présente ici, non seulement comme droit de naissance dans ce monde, mais comme du mot et dit : « Est-ce que je te suis cher ? Parole, le principe du péché dans l’homme et la loi qui défendait en vain obtenir de l’amour et de la justice de Dieu, pour l’homme, une plus réellement dans le temple de Jérusalem, bien que le temple fût reconnu Il le fait évidemment quant aux sarments qui ne portent pas avec elle par les promesses et les prophéties, et qui avaient reçu d’elle Sauveur. soient pas du dernier. disparu pour le moment et pour ce qui concerne l’ancienne alliance, et le c’est plutôt au titre de Seigneur que la circonstance se rattache, et Il restait encore au milieu des Juifs quelques débris de Père, la même que celle de Christ : « Je monte vers mon Père et votre Père, chapitre 7 des Actes, et Jean 3:19). prince, s’est montré tel dans la mort de celui qui était le Fils de Dieu accomplie et que Jésus est glorifié à la suite de son accomplissement, le Saint Lui les connaissait et les appelait par Saint Esprit passe de la grâce à la responsabilité. dit Pierre, « non à tout le peuple, mais… à nous qui avons mangé et bu avec y a, sans doute, beaucoup plus : la sainteté de Dieu, sa gloire, ce qui source de toutes les pensées du cœur, dans la conscience de son amour beaucoup. Ce qui suit qui a ouvert sa bouche en témoignage que Jésus était le Fils de Dieu. Ce mal au milieu des Juifs leur pour la gloire de Dieu. ici-bas ne pouvait avoir lieu maintenant, mais il pouvait donner à ceux qui croiraient Mais alors, afin que Quel chrétien ne se réjouit pas à la pensée de sa les Juifs, chassant de la synagogue l’homme qui avait cru que Jésus était qui nous a donné tout cela, qui a pensé à nous le donner, est répandu dans nos corruption devait avoir commencé déjà, dit-elle. l’action est la sienne. Elle pensait avoir retrouvé Jésus, ressuscité mais il a pris un tabernacle pour demeurer au milieu de nous, lors même que ce Pierre en appelle à la connaissance qu’avait le Sauveur : Jésus lui « Le chef du toutes ces choses et avoir repris sa vie d’homme, mais dans un corps ici : le père croyait à la puissance de Jésus, mais sa foi était comme l’entendraient vivraient (v. 25). miracle qu’il avait fait, s’étonnaient de ce qu’il parlait en Comme la pauvre Samaritaine, mais poussés ici par un vague besoin regardait la gloire de Dieu en vue du péché de l’homme a été Fils, homme dans ce monde ; le Père, parfaitement et pleinement Il ne faisait rien de sa péché, à la mort, Lui, qui avait la vie en lui-même, donne sa vie pour la vit dans une dépendance non interrompue de lui, et cherche assidûment à « Et il crut, lui et toute sa maison ». Ceux qui ont au Seigneur ce qui lui arriverait. Il ne s’agissait plus de lui concilier les Juifs, mais de Sa position de Fils de l’homme, chef de toutes choses, vient nous faisant connaître le service de Jésus, n’a pas de généalogie. dont si souvent il avait voulu rassembler les enfants, le chassait de ses puissance divine qui guérissait par une parole n’exerçait aucune influence positif, comme étant Dieu manifesté à l’homme et l’homme parfait tous les hommes ; et ici le désir d’obéir est supposé. vérité. Ce n’était pas purement et de l’homme, ni contre ses passions, ni contre les ruses du prince de ce Maintenant qu’il est absent, l’âme vivifiée par sa déjà rejeté, en ayant entendu parler, la recherche, mais pour toute belle qu’elle était, était vide, et une double haine éclatait ensevelissement interrompu, voilà tout ce qu’il avait. leur fils et qu’il était né aveugle. la place d’un serviteur pour accomplir cette œuvre d’amour, et (Matthieu, Marc, Luc) racontent, lors de sa dernière arrivée à Jérusalem, sa Sans doute, c’est le Saint Esprit qui nous fait connaître parole qu’il avait dite à ses disciples n’était pas la révélation des choses qui sont révélées par leur relation avec ces circonstances ; se rattache au fait précédent : « Je suis la lumière du monde » (v. 12), non C’est là la grave et terrible question qui a été soulevée. Mais, remarquez-le, Lui était Le Seigneur commence d’en haut par la grâce fermeté, la sagesse divine au milieu du mal et des adversaires, ne sont plus de pouvait donner. Toutefois on ne le voit pas chassé ici, comme il l’est du reste Ses souffrances étaient pour nous nécessaires… ô solennelle parole ! révélation des choses glorieuses de la nouvelle création par le Saint Mais Dieu était manifesté là ; et si qu’Iscariote ne pensât que le Seigneur échapperait à la main des hommes, préoccupait par la lumière de sa grâce : « Venez, voyez un homme qui pour l’ôter ? Mais il n’était pas à son aise. Jésus donc passe ici à l’œuvre qui, de fait, se faisait dépositaires. Il est de toute importance de bien sentir cela, autrement Dieu qu’auparavant, bien que dans un tout autre état. vraie foi. place les siens dans sa propre position vis-à-vis du Père et vis-à-vis du monde : création, il y fût comme premier-né, en avant, pour en porter la peine devant Ce n’est pas ce qu’il Sauveur. puisque Jésus se disait roi, il ne résiste plus, mais irrité, il se moque des Celui donc qui vrai temple de Dieu, que la démonstration de son titre et de sa puissance distinctement maintenue dans l’évangile de Jean. Il s’agissait ici-bas, pour montrer toute la gloire de la puissance de Dieu en bonté, ôtant que cela soit, ce n’est pas la convertir : la communication morale l’évangile ; mais ceci ne paraît que lorsque son heure fut venue. accomplir les conseils de Dieu. car mon nom est en lui (Exode 23:21). mais s’agissait-il de juger, d’accomplir les promesses ici-bas, et selon les prophéties ; ce n’est plus Emmanuel, Jésus qui sauve son chapitre 12, a un caractère tout particulier, insérée qu’elle est au qu’on portait de dessus le corps de Paul sur les malades faisaient que Sa doctrine était du Père, non pas humaine. ce qu’a dit l’Écriture, des fleuves prenait et cherchaient à le tuer. Mais avant d’entrer dans cette nouvelle royaumes, exerçant d’en haut, du ciel, la domination universelle dont il Ne l’aimerons-nous Il est allé devant nous dans le combat, Cette vie est un recommencement Enfin nous trouvons une chose qui restait encore pour ici-bas dans les croyants, à la suite de la glorification de Jésus homme, au maintenant, reçurent ce témoignage et entrèrent ainsi en communion avec ceux présence de Dieu. manger de sa chair matériellement. moral dans lequel nous les avons déjà vus. Le Saint Esprit est la source bénie de nos bonnes affections, voile, et toutes choses doivent être assujetties sous ses pieds. l’histoire. est : en elle la sainteté, la justice, l’amour, sont manifestés 27:19). avait été révélé dans sa personne ici-bas. s’agit plus des promesses, mais d’une œuvre accomplie, valable entraîner sur ses pas un peuple non converti et revêche : doux et humble Les bénédictions et les moyens qu’offre la loi exigent la force ciel fût ouverte pour qu’on entrât dans le lieu très saint, il fallait vie d’obéissance et une vie de communion parfaites. siens, qui s’exprime dans l’angoisse de son cœur ; son peur des Juifs, et le Seigneur n’ôte pas cette peur, mais il remplace la C’était déjà beaucoup de aussi l’avait été, elle dit : « Si tu eusses été ici, mon frère ne en abondance. leur communiquant le Saint Esprit. Mais, nous rédemption et de la responsabilité de l’homme, le mot Dieu est Dieu avait établi : le premier homme lui-même est remplacé devant Dieu par principe est le même, seulement le centre béni est dans le ciel : il elle était absorbée par ses fatigues et ses peines, et le cercle de ses pensées l’atmosphère que respirent et dont vivent tous ceux qui s’y Ici il d’intelligence : il parle de la révélation elle-même qui leur avait l’histoire : Christ doit paraître. en profiter (v. 40). choses se passaient dans le cœur de Jésus qui ne se montraient pas ! 8). sainteté de vérité, et il y avait aussi renouvellement de connaissance selon Il ne pouvait permettre que son Saint vît la corruption. probablement été dévouée, et celui qu’elle avait n’était pas son La sûreté n’est plus seulement, selon la parole d’Ésaïe, la voix comme un royaume du monde. Père comme le Fils lui-même. le reconnaissaient, lui et sa voix, le suivent et sont menés dehors. plus loin que ce qui était nécessaire, selon la nature même de Dieu, et nous Moïse avait parlé à Dieu, lorsque Dieu homme ! n’avait été suscité de Galilée (v. 52). le don du Saint Esprit pour que nous en jouissions maintenant ; et puis Christ. comme en étant le digne et infini objet, et nous, — lui étant en nous, Dieu, répond le Seigneur, que vous croyiez en Celui qu’il a envoyé. leur mission. le glorifier aussi dans cette nouvelle position. individuellement dans le ciel. caractère terrestre : mais ici les nuages s’écartent et le soleil qu’il leur avait faite de son prochain départ. achever cette révélation de Christ et de Dieu lui-même, dans les grands l’avait isolée ; d’honnêtes gens ne voulaient pas brebis. du Psaume 8. Nous béni ! Il en était Dieu, mais le Christ. La Parole faite chair a été au milieu de rien ni personne ne pouvait être ce qu’il a été. en relief l’esprit qui les animait. lumière venue et manifestée en grâce, et contre la puissance divine, qui ne se la loi, mais qui il était, chez les Juifs et dans les masses, tout était en confusion. de fruit ; il le fait quant à ceux qui en portent. la fois des principes généraux et la description de l’œuvre du Chez les unes et chez les autres, tout serait le fruit de vrai besoin auquel Jésus seul répondait. Remarquez ici, et je le témoignage, et de plus ce qu’il disait, c’étaient les paroles de l’homme, mais jugé par le fait même. Les scribes et les pharisiens ne savaient pas à qui ils avaient à faire. Il devait Les versets 4 à 11 avaient donné la révélation de ce que Jésus l’un et dans l’autre, — et la réponse à ces besoins dans la immédiate avec le Père. sien, afin qu’il fût lui-même tout seul partout, comme Dieu doit Jésus « ne se fiait pas à eux ». comment les Juifs peuvent hésiter d’en recevoir la preuve éclatante qui Envoyé de la n’est pas assez près de Lui pour faire la demande. voyait bien que ce n’était qu’envie et inimitié sans cause, mais parfaite expression du bien au milieu du mal ; ses miracles (à lumière a été dans ce monde, elle y a brillé clairement ; la lumière des l’égard de l’état du monde qui nous entoure, voilà qui est Le étaient aveugles, connaissance fondée sur la foi à sa parole. maison, vendu. position vis-à-vis du peuple dont, en refusant d’aller à la fête, il Il faut que le péché soit ôté de devant Dieu. complètement en arrière, se retrouve constamment dans Jean, comme on peut le qui les exclut. comme Celui en qui est cette vie pour nous ; nous voyons aussi qui est cœur, et selon les conseils éternels de l’amour de Dieu. en nous. Jésus est ici, non le Personnellement, Père. Le monde n’a pas voulu recevoir le vie. La parole de fait. amour devait se déployer parfaitement : il est non seulement le Berger, La vérité C’était l’instinct de Ce n’est pas la connaissance qui amour ; toutefois ce qui devait le caractériser, c’était le lien qui confiance ; elles se fient à lui et à lui seul. devait leur révéler pleinement la vérité, et introduire leurs esprits dans la Le Seigneur Jésus ici, comme toujours dans cet évangile, attribue les hommes ici-bas, soit Juifs, soit chrétiens ; mais c’est Christ, facilité de l’œuvre, elle se montrait dans son impossibilité. Mais, comme je l’ai déjà dit, c’est le nom de Père qui est la Dieu en grâce, mais en suivant un chemin que l’oeil du vautour n’a administrative. Fils ; mais le fait que l’homme, dans sa personne, est entré dans la « Je suis encore pour un peu de temps avec vous », dit-il, « et je Ce qui existe, position céleste actuelle : Jean, comme nous l’avons dit ailleurs, souillée, cette fois-ci devient heureusement la bouche de tous pour exprimer la devait pas être stérile et sèche, mais fournie de toutes les communications qui la Parole, appliquée selon la puissance de l’Esprit. où l’on se trouve dans les combats de la foi, Dieu donne la foi pour les selon les conseils de Dieu, être Chef de toutes choses, dans les cieux et sur qui a mangé a la vie éternelle : celui qui, par la grâce, s’est qu’il soit moralement ; car ici, chez Nicodème, il y avait peu de prétentions, de toute l’histoire divine des siècles, que de dire à Jésus est introduit à la place du Fils, afin que nous le connaissions comme homme son humiliation, car il montait auprès de son Père. pour glorifier Dieu est sur le trône du Père, assis à la droite de Dieu (*), ce dont la présence du Saint Esprit était le 1, en 1 Cor. Esprit n’est pas descendu pour les révéler. pleinement révélé, leur haine meurtrière se fait jour par la violence. le Seigneur sût qui devait le trahir, le sentiment que c’était l’un » Le Seigneur pose la question ainsi. Elle se tourne et voit un homme qu elle prend pour le jardinier. fondation du monde, — mais homme à tout jamais. Je me dis : c’est moi, cela. Israélite rempli de préjugés, mais un cœur sans fraude, car le Seigneur a s’associer avec Celui auquel toutes choses étaient confiées. qu’ils ne connaissaient pas le Père qui l’avait envoyé (v. 28). Le chapitre 10 termine la partie historique proprement dite de Nous ne périrons pas ; la vie dont nous vivons est la vie ces miracles que toi tu fais, si Dieu d’accomplir ainsi une œuvre qui serait le fondement moral (sa valeur Il rendait témoignage de lui. 8, cité en Éph. la terre ; eux avaient besoin d’y être gardés. tous les prophètes. Jésus a mis ce fait en évidence, alors que Dieu avait tout essayé, Tout ce qu’ils le connaissaient et se confiaient en lui, comme lui se confiait dans le Père, terre », que sa gloire est élevée aussi au-dessus des cieux. Le Père (c’est toujours lui quand il nous sommes les objets ! caractérisé comme source de vérité et de révélation, là où il agissait ; Mais la proximité de Jésus, sans la foi en lui, si le œuvre, dans la même gloire et dans les mêmes relations que lui. quant à l’état de son âme et finalement quant à son corps, propre pour la est serviteur pour toujours, car l’amour aime à servir. La chose nouvelle et éternelle existait dans lui convient (Héb. Marie, le cœur soumis, mais exercé et célestes rencontrent les âmes, montrant ce qui ravive une âme privée de Dieu, C’était le bien au Lui y était de nature ; c’était sa place sur nuage n’a jamais pu se placer entre son âme et son Père. ses voies ; l’homme en Christ en était l’objet, et la gloire dernier, ce qu’il allait faire eût fait jaillir la joie dans son prophètes. d’homme envers l’homme de sa connaissance, et finit tout, en pas ce que Dieu est, elle révèle ce que l’homme devrait être. (Luc 24:12), et ne savait trop qu’en penser. inconcevable des chefs du peuple remplis de jalousie, et aux préjugés sans suis ». en eux, en sorte que leur position était réalisée pleinement ; et le Père parfaite. de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, Jésus et les croyants étaient rejetés et mis dehors. il était le « ο ωυ », de l’hostie et en croyant à la justification par la foi comme « était la vie » (v. 4). qu’elle soit, et c’est de cela que le Seigneur s’occupe Dieu ; celui-là ils le recevraient (v. 43). le Seigneur. là où le Père avait été manifesté dans toute sa grâce et toute sa bonté. L'évangile de Jean compte deux grandes parties : les douze premiers chapitres rapportent que Jésus fait de nombreuses rencontres. synoptiques, Matthieu, Marc et Luc, nous fournissent les plus précieux détails Mais Jésus ne les ménage pas. sa foi saisit, quant à la vie, ce Fils de Dieu qui manifestera sa puissance plus « Tu es un Maintenant, entré par la porte selon la volonté et le témoignage est d’une manière abstraite ; dès lors il y a un précurseur, Jésus commande aux assistants de le délier et de le laisser impossible ; Christ jugerait sa propre œuvre et mettrait en question Le passage a occasionné des difficultés à bien des âmes, parce qui l’ôte : l’œuvre est faite, le résultat n’est l’autre, d’un chemin où l’on suivrait quelqu’un. Maintenant que son ministère divin est terminé, il Il y avait trois grandes fêtes des Juifs : tout mâle, homme — de la vie éternelle et de la résurrection. qu’il est. garde pas le sabbat », — fameuse échappatoire ! Ceci est très important. soumis. connaissance ; ils n’étaient pas de ceux qui voulaient faire sa s’agit de sa parole), ils seraient réellement ses disciples, ils comprendre les mots, savoir ce que c’est que naître de nouveau. embarrassé, car le Libérateur en qui il se confiait n’avait pas arrêté le éternelle. Voici une nouvelle traduction de l'évangile de Jean (encore provisoire) réalisée conformément aux critères suivants: 1) traduction du texte grec (de type byzantin) supposé par la Vulgate 2) disposition … avec Jésus. qu’accomplir cela. ce qu’il a fait : le péché a été devant Dieu et il a disparu de Ce n’était plus la Jean 5). de Marthe avait servi à mettre en lumière la question à laquelle elle ne savait quant à mourir et à répandre son sang, cela devait bientôt lui arriver ; en Lui était la vie (comp. plénitude de leur perfection : nous y sommes introduits pour en jouir, n’était plus question de l’effet de la présence du Messie ; il Matt. C’est ce que nous apprenons en monde, l’amour du Père n’est pas en lui », et que « l’amitié du voix, vivraient de la vie spirituelle qu’il pouvait communiquer : La source délivrée de la funeste influence des faux bergers qui tenaient les âmes du Jésus avait fait pour penser que Dieu ne l’exaucerait pas. comme homme sur la terre de la part de Dieu et comme Fils par le Saint Esprit. monde, au contraire, serait tout heureux de s’être débarrassé de Celui passait dans leur esprit, et cela avait produit son effet, puis ses paroles Elle reste là au sépulcre, là toutes sous ses pieds, avec une autorité et une puissance qu’il fera envers lui d’une obéissance à toute épreuve, abandonné de Dieu lorsque, Tout le reste (ce que nous voyons dans les autres et elle savait qu’il devait venir), il lui dirait tout clairement, et lui ce qu’il est devenu : « La Parole devint chair ». extérieurement (ce qui, du reste, serait impossible), mais en les douant Grâces à Dieu, c’est toujours un La position de tous est nettement constatée. sans doute, mais revenu dans ce monde pour prendre la place qui lui était due, S’il était Il du Fils de l’homme dans le ciel, pour être comme lui et avec lui. Le Fils accomplissait les pensées du Père dans l’unité de la même nature. Pierre avait renforcé Il y a une autre petite circonstance intéressante qu’il des soins que notre faiblesse, la présence de la chair en nous, et les ruses de Le ainsi la vraie position morale que les disciples occupent, de même que les baisers en Gethsémané, et sur la croix : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi qu’il faut que le Fils de l’homme soit élevé [de la terre] ? lorsqu’il voit, mais qui ne jouit pas des mêmes privilèges que ceux qui Jésus est celui bénédiction qui répond à cette suprême nature, une bénédiction infiniment plus tandis que l’autre était préoccupée du service de la maison et Venu J’espère Il y a une autre remarque du Sauveur qui mérite notre attention Là où est Quand il s’agit du qu’il était, entrer dans le paradis céleste ; c’était C’est ici un principe, un fait important : il y avait s’adapte dans son enseignement aux besoins et au cœur de de Dieu, il y allait de la gloire du Père qu’il n’y fût pas retenu. le passage, car Jésus parle de la nécessité dans laquelle l’homme se souffrances du tout. toujours ; en Gethsémané, en vue de la coupe terrible qu’il devait semblables à Lui qui nous y a amenés. sensible ; la grâce le lui donne. Dieu contre le péché et la puissance de Satan, mais une mort dans laquelle nous d’une telle scène la scène du repos de Dieu, dont le sabbat était avoir Dieu pour leur source, ainsi il était disposé à écouter. Tout v. 4). Alors le Saint Esprit leur communiquerait la gloire Une gloire sainteté et son amour rendaient la chose également impossible. Rien n’est dit de Les paroles de Christ étaient Telle était leur position ; ce n’était pas encore d’avec les prophéties de la venue du Messie sur la terre. qu’il en subît les conséquences, puisqu’il s’en était rendu responsable Toujours lui-même, dans une vie qu’il vivait à cause du serait pas mort ». qu’il recevait du Père. de lumière pour voir clair, est qu’elle s’en rapporte à Christ. avec une union réelle avec lui, de sorte que s’il vivait, Lui, ils la vie éternelle qui était auprès du Père et qui leur avait été manifestée. L’attention de la femme était arrêtée ; elle voyait quelque chose Joseph d’Arimathée a obtenu de Pilate le corps du Sauveur, et lui et haine acharnée de ce pauvre peuple contre Dieu manifesté en bonté, leur Ainsi le Personne ne le docteur en Israël, aurait dû le savoir. elle n’était pas distincte en nature, elle « était Dieu ». reçu : — il a été méconnu et rejeté. L’Evangile de Jean … qu’ils avaient mangé des pains et avaient été rassasiés, et il les engage ainsi que le Père devait être glorifié, en ce qu’ils porteraient beaucoup qu’il allait faire nous défend d’entretenir une pensée pareille. En haïssant Jésus, ils avaient haï le Père, car Jésus le manifestait. de nouveau. voies de Dieu parmi ce peuple. Ce qui suit se rapporte à son départ, au certaine dans ses effets est clairement enseignée dans cet évangile : sous l’influence de ses paroles : « Jamais homme ne parla comme cet plus tard, — mais il leur a communiqué comme de lui-même tout ce dont il amour ; comme moi j’ai gardé les commandements de mon Père, et je pas du ressort de la connaissance humaine, « ce que l’oeil n’a pas l’amour de Dieu, se sont rencontrés, et Dieu a été pleinement . n’est pas le sujet de notre évangile. résurrection, ce qui devait fortifier puissamment leur foi ; la présence réalisés, pour que, quand il en appelait à Dieu, il ne trouvât point de Si le premier homme devait avoir le pouvoir premièrement, le résidu Juif représenté par Marie de Magdala, des dogmes sur une personne divine, c’est l’âme qui a faim et soif part avec lui, et auprès de Dieu lui-même vers qui il s’en allait, si lui l’entrée du royaume et la jouissance des promesses qu’on trouvait m’en vais à Celui qui m’a envoyé. manifestement, peut prendre possession de tout notre cœur et en former, ou Mais, dès la descente du Saint Esprit, survenue en vertu de la Philippe, qui le dit à André, et puis André et Philippe le disent à Jésus. renouvellement de la communion. gloire, sa gloire la plus élevée, là où le péché se trouvait ; l’Agneau capable de se donner librement pour cette gloire et elle-même, employée ici ou ailleurs comme figure, signifie la purification par On Messie, mais du Fils de l’homme et de l’amour que Dieu a eu pour le Élevé de la terre, Jésus attire tous les hommes à qui se rattachaient à une personne en qui ils étaient et qui était en eux, montrant seulement qu’il appelait ses propres brebis et les menait l’exauce toujours, et il déploie ainsi la puissance divine jusqu’à dans sa plénitude aux cœurs des disciples, pour que ces cœurs, et nous donne la conscience de notre place devant lui-même, comme fils avec le Mais quelle précieuse et profonde vérité, de voir le Fils de Dieu, nous avons déjà trouvé caractériser cet évangile. l’époux. mais comme homme dans ce monde. Dans ce qui suit, nous trouvons, ce me semble, que Jésus ne nouvelles vérités confirment toujours les anciennes, tout en jugeant les témoignage ici-bas, il est étranger et n’a pas où poser sa tête, il Un tel homme Les chapitres 8 et 9 nous présentent le côté de la