J.-C.[11]. Les Spartiates y perdent plus de 75 navires contre 26 pour les Athéniens mais une tempête rend impossible aux Athéniens le repêchage des naufragés et des corps, 2 000 marins étant tombés à la mer, ce qui est contraire à la tradition religieuse. Les magistrats gèrent les affaires courantes et veillent à l'application des lois. Elle a rarement contrôlé toute l'Attique, puisque le Pirée est une excellente base navale, et un des rois hellénistiques habituellement la contrôlait. Ce dernier est cependant réservé aux premiers arrivés, ce qui provoque de belles bousculades que les archers scythes s'efforcent de réguler. Les institutions constitutives de la démocratie athénienne nous sont connues essentiellement grâce à la découverte inopinée, à la fin du XIXe siècle d'une Constitution des Athéniens attribuée à Aristote, et à ses disciples du Lycée, et rédigée aux environs de 330 av. réduction drastique de la citoyenneté (le corps des citoyens est limité à 3000 hommes, membres exclusivement des deux classes censitaires supérieures ; les autres sont privés non seulement de leurs droits politiques mais aussi d'une partie de leurs droits civils) ; modification de la composition et du rôle de la. Après la défaite, les exilés reviennent et les antidémocrates se montrent à nouveau entreprenants. Par son inaction, celui-ci ne parvient pas à construire les défenses nécessaires avant l'arrivée des secours de Syracuse, ses hésitations ne lui permettent pas non plus de quitter la Sicile avant que la contre-attaque ne détruise complètement ses forces, malgré l’arrivée de renforts conduits par Démosthène. Tout les dix jours environ, les Citoyens se réunissent en assemblé sur la colline de la Pnyx ( L'ecclésia ) pour décider de toutes les affaires importantes de la Cité et voter les lois à main levée. Les réformes de Dracon permirent aux citoyens de former des recours auprès de l'Aréopage à l'encontre de magistrats les ayant lésés dans l'exercice de leurs fonctions. Ces votes se font à main levée et à la majorité simple. Les principales institutions étaient les suivantes : l'Ecclésia, la Boulê, Les Magistrats, l'Aréopage, et l'Heliée. L'expédition, commandée par Nicias, Lamachos et Alcibiade, mobilise des moyens considérables. Alcibiade, désormais au service de Sparte, persuade ses dirigeants de lui confier une expédition de cinq navires pour convaincre les alliés d'Athènes de faire défection. Au sein de chaque cité les grandes familles s'appuient sur le mécontentement populaire (tant des paysans appauvris que des nouveaux riches urbains) pour mieux se disputer le pouvoir. D'autre part, lorsque Thémistocle convainquit les Athéniens de construire une flotte de combat pour leur défense contre les Perses, en 483 av. J.-C., pour être citoyen athénien, il faut être un homme né de père athénien, et avoir suivi l'éphébie de 18 à 20 ans, c’est-à-dire être capable de défendre la cité. 1. Chaque tribu regroupe plusieurs membres ; ils sont mélangés et non pas classés par culture, région et classes sociales afin que la population soit répartie de manière homogène et que les goûts (politiques et culturels) et les envies soient tous entendus[6]. Le commerce se développe, notamment avec l'apparition de la monnaie au Ve siècle av. Les anciennes structures politiques fondées sur la richesse et les groupes familiaux furent remplacées par un système de répartition territoriale. Chaque tribu assure pendant un dixième de l'année (35-36 jours) la prytanie, c'est-à-dire la permanence. À la structure sociale et administrative hiérarchisée : Clisthène fait correspondre une structure hiérarchisée du pouvoir : La Boulè passe ainsi de 400 à 500 membres, 50 pour chaque nouvelle tribu, et sert non plus à éclairer l'Aréopage mais à définir l'ordre du jour de l'Ecclésia. Et pourtant, aujourd’hui on se sert encore de mots grecs pour parler politique, c’est dire comme ils nous ont inspirés : 1. J.-C., puis en 426 av. La mesure a l'avantage de ramener du monde sur la Pnyx. J.-C., les Perses attaquent la Grèce à deux reprises au début du Vèmesiècle. Une certaine prospérité revient mais l'État manque toujours d'argent pour payer les citoyens. La démocratie est née à Athènes à la fin du 6e siècle avant J.-C. Ce mot signifie que c'est le peuple qui détient le pouvoir. L'hostilité de Sparte vis-à-vis de l'hégémonie athénienne naquit dès la fondation de la ligue de Délos, au lendemain de la victoire des Grecs contre les Perses (voir Médiques, guerres) en 478 av. J.-C., la flotte est vaincue à Aigos Potamos et Athènes capitule. J.-C., instituant la communauté politique sur la base d’une nouvelle redistribution territoriale qui cassait le pouvoir local des riches propriétaires ; la réforme de Solon interdisant l’esclavage pour dettes »[1]. À la fin du 5e siècle av. Period: -431 BCE. Telecharger La Fin de la démocratie athénienne - C. Mossé Gratuit. J.-C. (juste après la chute de la tyrannie des Pistratrides) et fait sensiblement évoluer le cadre institutionnel athénien. La Colonisation du Canada français (1598 – 1689) 2/2, La Colonisation du Canada français (1598 – 1689) 1/2, Québec, les explorations françaises (1524 – 1597), Le Québec, avant les grandes explorations. On distingue quatre principales séries de réformes. Au tournant du IVe siècle av. J.-C., la cité d'Athènes va connaître un fonctionnement démocratique.Au début du siècle, les réformes de Clisthène réduisent considérablement l'influence politique des familles nobles les plus riches (l'aristocratie).Vers 465 av. Ce sont les magistrats les plus importants de la démocratie. J'espère que cela t'aide pour ton projet! Si le tribunal juge le décret ou la proposition de décret contraire aux lois, non seulement elle est annulée mais son auteur, et l’épistate dirigeant les débats au moment de son adoption (ou proposition), sont passibles de lourdes sanctions, allant jusqu’à l’atimie. J.-C., la cité athénienne, puissance déchue, est considérablement appauvrie. Ligue de Délos -438 BCE. J.-C., pour être citoyen athénien, il faut être un homme né de père athénien, et avoir suivi l'éphébie de 18 à 20 ans, c’est-à-dire être capable de défendre la cité. Claude Mossé, La fin de la démocratie athénienne. A la fin du V° siècle et au IV° siècle, la démocratie athénienne traverse de graves crises, dues pour l'essentiel à la situation extérieure. Cependant, Périclès se distingua plus par ses actions militaires et diplomatiques et par les grands chantiers qu'il entreprit que par sa rénovation des institutions politiques. Pour ce faire, on mettait les noms de tous les volontaires dans les cases et on ajoutait des fèves (blanches et noires) dans un autre compartiment (qui a été arraché), puis on tirait au sort un nom et une fève : si la fève était blanche, le citoyen était héliaste et si la fève était noire, il ne l'était pas, et on recommençait pour en avoir jusqu'à 500. Dans le même temps, Alcibiade, qui s'est fait ennemi d'Agis II en séduisant son épouse, s’enfuit de Sparte et se réfugie auprès de Tissapherne, gouverneur d’une division administrative de l’empire perse, dont il devient le conseiller. J.-C., Athènes remporte des victoires navales en mer Egée, ce qui redonne confiance aux Athéniens. J.-C. la ville et son port, le Pirée. Les bouleutes sont tirés au sort parmi des listes dressées par chaque dème de citoyens volontaires âgés de plus de trente ans et renouvelés chaque année : l'absence de toute qualification autre que d'âge empêche que la fonction soit l'objet d'une compétition ; un citoyen ne peut être bouleute au maximum que deux fois non successives, ce qui exclut la possibilité d'y faire carrière. Des joutes oratoires d'un autre genre se déroulent sur la Pnyx, colline sur laquelle sont votées toutes les lois athéniennes. Les citoyens peuvent subir des amendes financières ; Les citoyens pouvaient être démis de leur qualité par l', Enfin, dans les cas exceptionnels, la peine de mort était appliquée, par exemple, par absorption de la, Pascal Morisod, « D'Athènes à Berne, la voix du peuple… », dans. Le décès de ce dernier au combat de permet aux deux camps, épuisés et désireux de récupérer les possessions respectives perdues, de conclure finalement la paix de Nicias en avril 421 av. Mais quand Athènes était indépendante, elle fonctionnait sous sa forme de gouvernement traditionnel. Le lieu de réunion est l'espace de plein air, clos par un mur. La participation directe est la base de la Démocratie Athénienne. Cette définition engendre plusieursconséquences que sont le respect des libertés individuelles etcollectives, ou encore une égalité de droit. Guerres du … La fin de l’âge d’or d’Athènes Athènes est devenue une cité dominatrice qui impose sa volonté aux membres de la Ligue de Délos (monnaie, garnisons, unités de mesure…) et réprime toute révolte (comme sur à Samos). Ce tribunal populaire est composé de 6 000 citoyens, toujours âgés de plus de 30 ans et répartis en dix classes de 500 citoyens (1 000 restant en réserve) tirés au sort chaque année pour devenir héliastes[18]. J.-C. Jacqueline de Romilly : la démocratie athénienne aux Ve et IVe ... La naissance de la démocratie à Athènes du VIIe au Ve siècle av ... fin IVe s. av. J.-C. : Avec Solon, le législateur, puis avec les Pisistratides, Athènes fera successivement l'expérience de l'une et de l'autre. Cette période ébranle grandement les institutions démocratiques. Il est soumis à tous les aléas, et dans les pires cas, il peut connaître l'esclavage. Mais les guerres sont aussi parfois un facteur de cohésion interne des cités. J.-C., Athènes a perdu sa puissance économique et financière. Les riches propriétaires n'ayant pas déserté la campagne pour la ville profitent, avec les régisseurs de ceux partis, de la dolce vita faite de soleil, d'huile d'olive et de belles esclaves pendant que se plient leurs autres esclaves au dur labeur imposé par le climat aride de l'Attique. J.-C. La guerre du Péloponnèse, ainsi nommée par les historiens de l’époque, se déroule en trois phases : La première phase consiste en une opposition de stratégie de la part des deux belligérants. L'orateur dispose d'une tribune à laquelle il accède en gravissant quelques marches. Selected works. Pour la monnaie athénienne, c'est une chouette. Cette assemblée siège de façon permanente. Il faudra plutôt l'inscrire dans son contexte historique pour lui donner sa juste valeur, d'autant plus que l'histoire a toujours montré que tout nouveau système a besoin du temps pour une meilleure implantation. la période archidamique (du nom du roi de Sparte, Archidamos II) de 431 à 421 av. J.-C.. et la guerre de Décélie et d'Ionie, de 413 à 404 av. J'espère que cela t'aide pour ton projet! On pourrait objecter que l'envoi de l'expédition de Sicile n'a pas été arraché par les vociférations d'une foule hystérique et irresponsable mais a donné lieu à de longs débats et à un vote conforme à la constitution. Loin de ces ambiances festives plus ou moins décisives dans la direction de l'État, le monde rural vit aussi. Elles n'hésitent pas non plus à faire appel à des puissances extérieures pour renverser les tyrans. J.-C. (juste après la chute de la tyrannie des Pistratrides) et fait sensiblement évoluer le cadre institutionnel athénien. J.-C., à l'époque de Démosthène, l'Ecclésia ne vote plus que les décrets. Pourtant, au cours du IVème siècle av. Sur le plan diplomatique, la première moitié du IVème siècle est marquée par un jeu d'alliances et une alternance hégémonique entre trois cités : Sparte, Thèbes et Athènes. L'éphébie est en effet une formation militaire et civique qui permet à la cité d'assurer sa défense sans avoir d'armée permanente ; elle prémunit aussi la ville des risques de tyrannie. Aspects sociaux et politiques du déclin de la cité grecque au iv e siècle av. Deux modèles résolvant ce problème émergèrent en Grèce au VIe siècle av. J.-C., Athènes est appelée à l’aide par la cité démocratique de Ségeste qui est attaquée par Sélinonte, elle-même alliée de la puissante cité de Syracuse fondée par Corinthe. Ce theorikon permet d'assister aux festivités et en particulier aux spectacles dramatiques donnés dans le théâtre de Dionysos. C'est la première révolution anti-démocratique, dite des « Quatre-Cents ». La France est entrée dans un processus liberticide et totalitaire, avec le… https://t.co/QGCNJG7t79, Les institutions de la démocratie athénienne, Mise en place de la démocratie athénienne au Vème siècle, Transgenre : les limites de l’absurde encore repoussées, http://www.mauvaisenouvelle.fr/img/logo.png, http://data.mauvaisenouvelle.fr/img/600/fin-democratie-athenes.jpg. La sévérité des peines prévues devait rester légendaire, et l'adjectif draconien est devenu synonyme d'implacable. les luttes politiques ne se tiennent plus seulement sur la Pnyx, mais aussi devant les Héliastes qui, à l'inverse des ecclésiastes, avaient prêté serment, votaient à bulletin secret, devaient avoir au moins trente ans, et consacraient une journée entière par affaire, alors que l'Ecclésia votait plusieurs décrets en une demi-journée. Afin dencourager la population durement éprouvée par la guerre à participer à la vie publique, on instaure un nouveau misthos attribué à tous ceux qui assistent aux séances de lEcclésia. Une petite minorité qui dirige la cité Le terme démocratie signifie le pouvoir au peuple. Cette mesure renforça le caractère démocratique du régime athénien. 1. Les Athéniens considéraient donc que les décisions des nomothètes étaient supérieures, en raison du serment religieux d'écouter également les deux parties et de se déterminer en son âme et conscience, de la sagesse qui vient avec l'âge et du temps consacré à chaque affaire. Cette forme de gouvernement n'en est pas moins exceptionnelle pour l'époque. Périclès et l’apogée de la démocratie athénienne ... Thucydide, La Guerre du Péloponnèse, fin du V e siècle av. C’est la fin de la ligue de Délos et de la domination athénienne. Pendant des siècles, les idéaux démocratiques ont évolué au gré des guerres, des traités et révolutions qui ont secoué le monde occidental. Un groupe de trente oligarques, avec à leur tête Critias, disciple de Socrate et oncle de Platon, profite de l'occupation de la ville par les troupes lacédémoniennes pour fomenter un nouveau coup d'état. 1 vol. Le corps des nomothètes est alors créé, il siège ponctuellement en cas de demande de modification de la loi. Les campagnes sont dévastées et les classes paysannes moyennes en sont les premières victimes. La guerre et les épidémies ont décimé la population. L'Attique est divisée en trois ensembles : la ville (asty), la côte (paralie), et l’intérieur (mésogée). Qu'elles retardent ou précipitent l'éclosion d'un nouveau régime, les différentes mesures politiques (guerres, chutes de régime, répressions, levées ou baisses d'impôts, introductions de monnaies) n'y pourront peu : la donne sociale a définitivement changé. La menace athénienne entraîne une guerre entre les deux cités rivales : la guerre du Péloponnèse (de 431 à 404 av. Athènes a l’ascendant grâce à sa puissance navale mais une épidémie de peste (ou de typhus) l’affaiblit (Périclès en est victime en -429) et pousse à un compromis en 421 av. 200 réunions ont lieu par an, chacune sous la présidence d'un magistrat qui ne prenait pas part au vote. La démocratie athénienne s'est instaurée progressivement à partir du VIIe siècle avant JC avec les réformes de Dracon (620), de Solon (594) qui introduisit un tribunal du peuple, l'Héliée, et surtout de Clisthène (508) qui remodela le territoire de l'Attique pour supprimer le … Au IVe siècle, le royaume de Macédoine devient une importante puissance et provoque la fin de la démocratie athénienne : Philippe II de Macédoine bat les cités grecques lors de la bataille de Chéronée en 338 avant J.-C. mais les institutions démocratiques athéniennes se maintiennent. C’est pourquoi, à l'occasion de la guerre du Péloponnèse, les adversaires de la démocratie tentent à deux reprises de remplacer le régime par un pouvoir oligarchique. L'œuvre de Clisthène. J.-C., pour mettre par écrit des lois ; on ne connaît bien que sa législation sur les meurtres : désormais, tout meurtrier est soustrait à la vengeance des clans et un véritable procès se déroule devant l'Aréopage ou devant les tribunaux des Éphètes[3]. Commence alors la seconde phase, que l’on appelle la guerre indirecte puisque le lieu des hostilités est déplacé en Sicile. Les seules peines qui pouvaient leur être infligées étaient donc l'amende, l'atimie, l'exil, et la mort. Pour la date de la fin de la démocratie athénienne, regarde s'il y a eu une guerre ou un conflit qui a fait en sorte que la Grèce antique a été conquise par une nation non démocratique. J.-C., lors de la plus grande bataille navale de la guerre, la flotte athénienne dirigée par huit stratèges, dont Thrasylle et Périclès le Jeune, bat celle de Callicratidas aux Arginuses, archipel au sud de l'île de Lesbos. La prose d’Aurélien Lemant dénoue le piège, pas à pas, sans haine, simplement en mutant deux chairs abîmées en poème. La participation directe est la base de la Démocratie Athénienne. Elle nécessite la présence de 6 000 membres, c'est le fameux quorum de 6 000. Le site est choisi pour la forteresse naturelle que représente l'Acropole ; les habitants peuvent résister aux hordes de pillards qui menacent la région, augmentant avec les années sa fortification. J.-C., mais ses soldats grecs étaient des otages pour le comportement de leurs États autant que des alliés. De plus en plus de paysans, incapables d'écouler suffisamment leur production, sont condamnés à se vendre comme esclaves pour faire face à leurs dettes. Celui-ci hiérarchise dans la République les régimes politiques en plaçant la démocratie juste devant la tyrannie et derrière l'aristocratie, la timocratie, et l'oligarchie. L'Aréopage est une institution politique, précédant l'avènement de la démocratie et aux origines mythiques, qui eut pour but premier de « conserver les lois », c’est-à-dire de veiller au respect de la constitution, et ayant à cette fin des pouvoirs judiciaires très étendus. JC. Malgré la création des tribunaux de l'Héliée, la mainmise sur le pouvoir judiciaire de l'Aréopage reste prédominante. Suite à la défaite finale d'Athènes contre Sparte à Aegos Potamoi, Sparte occupe Athènes et instaure en -404 un régime tyrannique avec les « Trente tyrans ». Elle tient son nom de la colline d’Arès où siègent les aréopagites. Elle n'avait plus la force et n'attirait plus grand monde. to -404 BCE. La Fin de la démocratie athénienne. Elle leur permettait de chômer un jour pour assurer leurs fonctions civiques et politiques. Entre 411 et 407 av. C’est pourquoi, pour prouver auprès de ses alliés sa capacité à les protéger de la menace que constitue l'impérialisme athénien, les Lacédémoniens déclarent la guerre à Athènes en 431 av. Pour les procès publics, ils sont 501, 1 001, voire 1 501 juges. Mieux lotis, les pêcheurs bordant le pourtour de l’Attique mangent à leur faim sans pour autant avoir accès à l’état de grands propriétaires terriens nécessaire pour entrer dans les arcanes du pouvoir. to -404 BCE. Le citoyen athénien avait le droit de voter et d'être élu mais il avait le devoir de faire la guerre et de payer les impôts. Lâchée par ses alliés à cause de sa violence, Athènes voit sa situation militaire se dégrader rapidement au cours de la guerre du Péloponnèse. Les lois doivent être votées par les nomothètes sur proposition de l'Ecclésia. On parle de révolution hoplitique. Leurs évolutions font donc l'objet de subtiles luttes politiques. nécessaire]. J.-C. La mort de Périclès laisse le corps civique athénien orphelin et deux partis s'opposent dès lors : celui mené par Nicias, démocrate modéré, partisan d'une guerre sans excès et ce au nom des grands propriétaires terriens, las de voir leurs terres ravagées ; et celui mené par Cléon, démagogue, lui-même commerçant et parlant au nom de l'Athènes urbaine qui en appelle à une implication totale dans le conflit.En 425 av. Pour faire respecter son hégémonie, Athènes envoie des garnisons dans les cités tentées par la rébellion et y installe des clérouques (ou colons athéniens). Un citoyen athénien ne se définit désormais plus que par son appartenance à un dème, circonscription administrative de base de la vie civique ; chaque citoyen athénien doit être admis dans son dème lors de ses dix-huit ans. Pendant ce temps, une puissance montante s'impose peu à peu : le royaume de Macédoine, dont le roi Philippe conquiert progressivement la Grèce continentale. Le procès des stratèges pose un autre problème. J.-C. qui conditionna la démocratie[2]. La vie à Athènes D’un point de vue économique. Les limites de la démocratie athénienne 1. Ce livre de l'historienne C. Mossé est le texte remanié de sa thèse (1959). L'année -430 marque, avec la guerre du Péloponnese, le début du déclin d'Athènes. Aristote affirme qu'il aurait créé un deuxième Conseil de quatre cents membres[4] (à raison de 100 par tribu) au fonctionnement probouleumatique[5] mais aucune preuve de son existence n'a été découverte à ce jour. Intéressons-nous aux crises qu'elle a traversées et aux solutions que les Athéniens ont imaginées pour les surmonter. Ces sujets peu fortunés, sur lesquels repose une part croissante de l'économie, viennent grossir le rang des chômeurs et manifestent leur mécontentement. Ainsi, à titre d'exemple, pour un procès privé, 201 juges siègent normalement, 401 exceptionnellement. D'après le nombre de mesures de blé, de vin et d'huile que le citoyen possède, il appartient à l'une des quatre « classes » suivantes : Les plus hautes magistratures ne sont accessibles qu'aux plus hautes classes ; les thètes n'ont accès qu'à l'Ecclésia et aux tribunaux. Le fonctionnement de la démocratie athénienne au Vᵉ siècle avant J.-C. Introduction Athènes devient la cité la plus puissante du monde grec, au V e siècle avant J.-C. Unie autour de sa déesse protectrice Athéna, la cité invente un nouveau régime politique. En été de nombreux débats houleux ou amicaux se tiennent à l'ombre du portique sud et de la Stoa Poikilè, on discute politique et philosophie en regardant les centaines d'étals emplis de victuailles et leurs marchands qui s'égosillent pour appâter le client. Celles de Solon renforcèrent encore le pouvoir de l'Aréopage, qui fit alors figure de conseil des Sages, protégeant la cité non seulement contre les menaces internes (et prévenant ainsi — paradoxalement — les complots ourdis contre la démocratie) mais aussi les menaces externes. Les limites de la démocratie athénienne 1. Au IVe siècle, le royaume de Macédoine devient une importante puissance et provoque la fin de la démocratie athénienne : Philippe II de Macédoine bat les cités grecques lors de la bataille de Chéronée en 338 avant J.-C. mais les institutions démocratiques athéniennes se maintiennent. Malgré la pénible défaite dAthènes, la cité conserve un régime démocratique. J.-C. La réforme de la Constitution d’Athènes imposée par le général macédonien Antipatros, qui réserve la citoyenneté aux plus riches et prive de ce fait plus de la moitié des citoyens de leurs droits civiques, signe la fin de la démocratie athénienne, dont les institutions sont abolies. Cette expédition militaire divise Athènes mais le jeune Alcibiade – stratège et homme politique athénien, né vers 450 av. En 405 av. La véritable originalité de Solon réside toutefois dans ses réformes judiciaires : il créa l'Héliée, un tribunal populaire ouvert à tous où, chose nouvelle, chacun avait le droit d'intervenir en justice contre quiconque aurait enfreint les lois, affirmant ainsi la responsabilité collective des citoyens. Dès lors, les Lacédémoniens peuvent faire jeu égal avec elle. Il existerait alors quatre groupes socio-économiques à Athènes : Des hommes libres, Solon tire quatre classes censitaires. Plus grave, la cité ne dispose plus des tributs que lui versaient ses alliés. À partir de 510 av. (paix de … Le scandale provoqué entraîne un procès qui s'achève par la condamnation à mort et l'exécution des six stratèges athéniens s'étant présentés pour leur procès. Les survivants seront vendus comme esclaves après 2 mois de captivité. Par exemple, un métèque riche a fait don à la cité d'Athènes de plus de 1 000 boucliers, et il n'a jamais obtenu cette citoyenneté. Ce développement extraordinaire du commerce méditerranéen a deux conséquences. to -479 BCE. Les conditions de paix de 404 av. Jusqu'en 451 av. C’est pourquoi, elle se contente d’organiser des raids de quelques semaines, en 430, 428, 427 et 425 av. Dracon est mandaté, en 621-620 av. En 371 av. La chute des Pisistratides et la fin de la tyrannie à Athènes (Hérodote, Enquête, livre V, 62-65) Le document étudié est un récit en prose extrait de l’ «Enquête » d’Hérodote. Bien que la démocratie athénienne n'eût jamais de constitution écrite officielle, les rôles de ses institutions n'en demeurent pas moins clairement connus et distincts les uns des autres. La présidence et la coordination du travail sont assurées par les prytanes. 322 av. J.-C. Refusant d'adhérer à cette ligue, Sparte rallia d'autres cités réfractaires comme Thèbes et une partie de la Béotie. Il le persuade de mener une politique de bascule entre Sparte et Athènes, réduisant ainsi l'aide financière et annulant l'aide navale perse à Sparte et, profitant de son influence auprès de Tissapherne, il se fait élire stratège par les soldats athéniens de Samos. La prise de la Sicile serait de plus la première étape de la constitution d'un empire colonial athénien dans la mer Méditerranée occidentale. Quand elle fit la guerre, le résultat (comme dans la guerre lamiaque, chrémonidéenne ou de Mithridate) fut généralement désastreux. Les Spartiates interdisent le régime démocratique.